Retour de visite chez Figuière en Côtes de Provence – Millésime 2020

Figuière 
14, septembre 2020

Les vendanges ont démarré tôt chez Figuière cette année. Pour ce millésime, il faut s’organiser pour vendanger les deux productions en AOC Côtes de Provence : Figuière à La Londe sur le littoral et Barbeiranne à Pignan dans les terres.

Ces deux régions, assez proches géographiquement avec seulement 35 km de distance, sont très différentes d’un point de vue climatique et pédologique et les maturités sont décalées d’environ 15 jours.

Les premiers moûts de raisin rappellent un peu ceux de 2018. Cette année, la climatologie a permis une production de moûts ayant des degrés d’alcool potentiels moyens, beaucoup de finesse dans les jus et de très belles couleurs. 

Dans ce reportage vous trouverez :

  • Un suivi du cycle végétatif depuis l’automne dernier et les travaux réalisés dans les vignes. 
  • Une comparaison de deux typicités à l’intérieur des Côtes de Provence – côté mer et côté terre
  • Un tour de cave et des cuvées disponibles

De l’automne et hiver 2019

L’Automne a été arrosé, et heureusement sans épisode Cévenol violent.
Les réserves se sont donc refaites avec environ 650 mm de pluie tombées depuis octobre ce qui correspond à une normalité. Au contraire des années sèches connues dernièrement où les pluies n’avaient apportées que 250 mm d’eau sur une année !!
Le sols du domaine sur les deux sites sont drainants et permettent de bien évacuer les pluies régulières comme celles de cette année. De plus, le domaine pratiquent l’enherbement entre les rangs, aidant là encore, la pénétration de l’eau dans le sol.

L’hiver par contre a été doux entrainant une avance du cycle végétatif avec un débourrement précoce. Les vignes avaient déjà 2 semaines d’avance lorsqu’une vague d’air froid, venue de l’est de l’Europe et apportant des températures de -5° s’est abattue sur la région, le 24 mars, grillant les premiers bourgeons des vignes précoces déjà débourrées. Les vignes concernées étaient sur les secteurs de Pignans dans les terres et de Pierrefeu – sols schisteux appartenant à l’AOC Côtes de Provence La Londe. En revanche, tout le secteur littoral a été épargné, illustrant l’influence de la Méditerranée qui tamponne toujours les températures hiver comme été.

Le printemps qui a suivi, rimait avec confinement en Provence comme partout en France. Bien entendu, ce confinement ne concernait pas la vigne et tous les travaux importants de printemps ont été faits normalement avec une équipe au complet.

Cette année la Provence aura connu une pression en Mildiou très élevée. François Combard évalue qu’il n’y a pas eu d’impacts importants sur leurs domaines car ils ont réussi à protéger la vigne aux bons moments et ce, dès le début du démarrage du cycle végétatif surtout. 
C’est ici l’expérience qui permet à François d’anticiper, d’évaluer et d’adapter une méthode culturale et une protection du vignoble nécessaire.
Comme les deux domaines sont conduits selon les principes de l’agriculture biologique, seuls les produits de contact sont autorisés, tous les systémiques, pénétrant à l’intérieur de la sève, sont interdits.
Mais les doses aussi, sont limitées et François Combard explique qu’il préfère appliquer des petites doses quitte à faire quelques traitements en plus. 
Selon lui, elles protègent également mieux le vignoble tout en restant sur des quantités appliquées à l’hectare faibles, toujours en-dessous des doses à l’hectare autorisées.

Du seigle pour offrir un couvert végétal propice à des sols riches par François Combard.

Floraison sereine et vendanges anticipées

La floraison s’est bien passée. Après les pluies fréquentes d’automne, le temps était provençal avec un soleil radieux. La vigne a profité de ces réserves hydriques d’une part et du soleil et des chaleurs d’autre part pour se développer correctement.
L’été n’a pas connu de canicule, comme ailleurs en France et la vigne n’a pas subi de stress.

Tout ceci a amené un début de vendange très tôt au 12 aout pour les vignes de La Londe. Les sémillons ont ouvert le ban des vendanges suivis des Syrah, Grenache, Rolle et Ugni Blanc.
Le rythme des vendanges s’est ensuite accéléré la dernière semaine d’août pour répondre à des maturités plus rapides en raison d’un mistral chaud soufflant sans discontinuité sur la région. Il ne restait plus que 50% de la récolte le 28 aout à La Londe !
Cependant, le soir du samedi 29 aout, une petite pluie (3 mm) salvatrice est tombée pour ralentir ce rythme effréné et refroidir les vignes et les raisins. Les températures sont passées de 40 à 26°C en quelques heures. Ces pluies même très petites ont eu un impact non négligeable sur les degrés d’alcool. Et Figuière a fait une pause quelques jours avant de reprendre la récolte, le temps que les raisins – principalement des Cinsault, Cabernet Sauvignon et Mourvèdre – gagnent de nouveau la maturité et les degrés d’alcool souhaités.

Ceci rappelle que durant les vendanges, les vignerons sont au quotidien dans les différentes parcelles de vignes pour déguster les baies et faire des prélèvements pour des contrôles de maturité. Leurs analyses sont leurs précieux alliés pour décider de récolter ou non.
Vendanges démarrées ne signifie pas vendanges continues. 

Des micro-guêpes, une solution biologique pour lutter contre les dégâts causés par les ravageurs. 🐝

Figuière travaille en bio depuis 40 ans, le domaine est certifié Ecocert et dès la prise en main de Barbeiranne, domaine situé à Pignans et racheté par la famille Combard en fin 2019, a tout de suite démarré une conversion vers l’agriculture biologique de l’ensemble du vignoble.
Pour la famille Combard, la nature est en luxe et la culture biologique une nécessité.

A la vigne, François Combard exploite de nombreux axes de développement de la biodiversité dans leurs vignobles. En effet, un équilibre naturel entre les espèces permet aussi de réduire les traitements et Figuière travaille souvent en collaboration avec des scientifiques pour favoriser l’implantation des prédateurs naturels des ravageurs de la vigne.
Nous avions suivi leurs travaux pour la mise en place de nids de chauve-souris et logements pour mésanges. Cette année, ils accueillaient une équipe d’agronomes pour étudier une population de micro-guêpes qui protègent les raisins des insectes nuisibles.

Les premiers moûts à la sortie du pressoir ont une couleur claire. Le millésime 2020 pourrait ressembler à celui de 2018 par l’expression gourmande et fruité des jus qui sont fins et aromatiques. 
Evidemment il est encore tôt pour se prononcer et il faudra attendre que toute la récolte soit rentrée pour confirmer ce ressenti.

La Londe versus Barbeiranne

Comme vous le savez, la famille Combard possède aujourd’hui deux domaines : Figuière à La Londe sur le littoral Méditerranéen et Barbeiranne à Pignans dans les terres.

Ces quelques 35 kilomètres de distance séparent deux micro-climats et paysages très différents. 
A La Londe, l’effet tampon de la Méditerranée modère les températures été comme hiver. Le débourrement est toujours plus tôt sur la côte en raison d’un hiver plus doux. A l’inverse, les étés sont plus ventilés et frais que dans les terres.

Si l’on fait le chemin depuis Figuière pour rejoindre Barbeiranne, on traverse une partie du massif des Maures pour arriver dans une grande vallée intérieure. Le domaine de Barbeiranne est situé plus précisément au cœur du massif Muschelkalk de Flassans, limité au Nord par la plaine de l’Issole et au Sud par la dépression Permienne qui court de Fréjus à Toulon.Les sols sont de type argilo-calcaires d’époque Permienne très pierreux.Le vignoble forme une sorte de cirque où au niveau de la dépression centrale se situe un Muschelkalk (calcaire dolomitique) recouvert d’une couche d’alluvions récentes.Cette configuration particulière  protège le vignoble des vents dominants et des entrées maritimes permettant à celui-ci de bénéficier d’un climat plus continental avec des amplitudes thermiques plus importantes que sur la côte, hivers comme été.  
Pour le sujet qui nous intéresse, la vigne, cela entraine une maturité plus tardive des raisins par rapport à La Londe. Journées chaudes, nuits fraiches et sols argilo-calcaires retenant eau et matières organiques apportent aux vins de Barbeiranne richesse, et équilibre entre structure et acidité. 

L’encépagement est typique avec les cépages Rolle, Grenache, Syrah et Cinsault.  A la fin août, les vendanges viennent de démarrer avec le Rolle, 4 ha sont faits sur les 34 hectares que possède le domaine. 

Chaque site de production vinifie ses propres raisins, permettant de mettre au frais et en cuve la récolte et ce très rapidement. Les vendanges mécaniques démarrent à 3 heures du matin et les vendanges manuelles au lever du jour correspondant à 6h30 en début de vendanges et à 7h en fin de vendange. Tout est prévu pour que les derniers pressurages soient faits avant 10h30, lorsque les températures sont encore fraiches. 
De plus, l’année dernière, la famille Combard a investi dans un groupe froid permettant de gagner 2° de température sur les raisins et de presser des vendanges encore plus fraiches. Le but recherché est de maintenir la fraîcheur et finesse des arômes des moûts puis des vins.


Vins disponibles chez Figuière

Méditerranée : IGP Méditerranée

Blanc 2019: 100% Vermentino (Rolle) – Notes d’agrume, citron, de jasmin étoilé et de foin. Un vin juteux, avec une finale légèrement saline, parfait pour vos apéritifs.

Rosé 2019 : notes de groseilles rouges, de pastèque et de petites baies rouges juteuses. On retrouve ces notes en bouche, la finale est soyeuse.

Rouge: Notes de mûres et de myrtilles, en bouche on retrouve des notes de cassis et violettes.


Signature : Côtes-de-Provence

Valerie 2019 Blanc: Un vin frais ! Au nez, explosion de citron, de mélisse et d’herbe fraîche.  En bouche on retrouve des notes de banane verte et de melon, de miel, avec des zestes de citron en finale.

Magali 2019 Rosé: Le nez est intense avec des notes de rempli de rose séchées, de poivre rose, de pastèque et de basilic.  La bouche est croquante avec une jolie finale florale.  

François 2018: Au nez, on retrouve des prunes noires, des notes animales et de cuir.  La bouche est très savoureuse, et les tanins sont suffisamment structurés pour s’accorder avec des viandes rouges grillées au barbecue.


Première : Côtes-de-Provence  – ORGANIC CERTIFIED

Blanc 2019 : Au nez, des amandes écrasées, du jasmin blanc et l’estragon se mêlent du citron Meyer.  Ses notes se retrouvent en première bouche, complétées par des saveurs d’ananas séché et de foin.

Rosé 2019 : Le nez est riche en épices et en fruits : poivre rose, abricot, pêches blanches et fraise à peine mûre.  La bouche est soyeuse avec une texture ample et des notes de framboises acidulées.

Rouge 2017 : Notes de cigare, de cacao et une pointe de menthe sont présents au nez.  La bouche est épicée par le poivre noir et le cèdre fumé, avec des tanins parfaits pour les viandes rouges grillées.


Confidentielle : Côtes-de-Provence La Londe – CERTIFIED ORGANIC

Blanc 2019 : Le nez est très tropical avec de la mangue séchée et de la vanille bourbon parfumée.  La bouche a des saveurs d’ananas et de crème fraîche, avec une touche épicée de fève tonka.

Rosé 2019 : Des pêches jaunes charnues et des fraises rouges juteuses parfument ce vin. Les mêmes fruits continuent en bouche, mais des notes de garrigue et de zeste de pamplemousse rose suivent. Le palais est plus riche, avec une texture, une minéralité et une belle acidité rafraîchissante. C’est un vin gourmand, idéal pour accompagner des plats ou pour vieillir !

Rouge 2017 : Le nez rappelle la tarte aux myrtilles, il est riche en arômes de prunes et mûres. La bouche se poursuit avec du cassis et de la gousse de vanille, et des tannins magnifiquement intégrés.  Se mariera parfaitement avec de l’agneau rôti.


Atmosphère 2018 : Methode Traditionnelle – ORGANIC CERTIFIED

Dégustation : La bouche est fraîche et croquante, avec des écorces de pamplemousse rose et blanc, ce qui donne une touche de piquant au bouquet. En bouche, on retrouve plus d’écorces d’agrumes – citrons vert et jaune – à quoi se marient des arômes de fraises et de framboises qui donnent à ce vin toute sa vivacité !


Pionnière 2018 – Rosé of Gastronomy  – CERTIFIED ORGANIC

Depuis sa mise en bouteille en octobre 2019, le vin Pionnière 2018 n’a cessé de se complexifier.
Assemblage de 60% de Mourvèdre et 40% de Grenache, ce rosé a été élevé pendant 9 mois en fûts de chêne de 2 à 5 ans.  
La famille Combard a souhaité avec cette cuvée montrer que l’on peut produire des vins rosés de garde. et s’affranchir de boire le rosé du dernier millésime.

Notes de dégustation : Déguster ce vin à l’aveugle dans un verre noir le placerait facilement parmi les vins blancs.  L’intégration du bois est équilibrée et donne de la texture au vin, des notes de fraise et de pêche blanche ressortent en bouche, la texture est très soyeuse.

Si vous êtes de passage dans la région, les vins de la famille Combard sont servis à l’Assiette, restaurant au coeur des vignes de La Londe, qui vous accueille toute l’année. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Security Code: