Figuière – Printemps 2019

Le 27 mai, 2019

Bonjour

Après une série de salons, nous reprenons notre fil d’actualité en partageant avec vous des reportages sur les différents domaines Genuine Wines.

Nous avons profité du dernier Vinexpo et des moments passés avec François Combard et le maître de chai, Damien Pagès, pour échanger sur les projets en cours au domaine Figuière – Côtes de Provence.

Bonne lecture !

Fanny & Ellen


Vous trouverez dans ce rapport :
  • Le point sur la saison de Figuière de la fin de l’hiver 2018 au printemps 2019
  • Les cultures couvrent les progrès pour enrichir les sols
  • Méthodes biologiques de lutte antiparasitaire – nichoirs et cabanes à chauves-souris
  • Notes de dégustation des rosés Millésime 2018

Fin de l’hiver 2018 et début de printemps 2019

Ce début d’année 2019 est très venté ! Une aide naturelle fabuleuse pour assurer un très bon état sanitaire au vignoble.
Cependant, parfois un peu violent, le Mistral a fait quelques dommages sur les pampres fragiles du début de cycle végétatif sur les Rolle.

Ce vent est d’autant plus bénéfique cette année qu’il a beaucoup plu : 750 mm de pluie depuis le mois d’Octobre. Les pluies étaient douces et régulières sans orage ni violence, aussi les sols ont été bien drainés cette année et les nappes phréatiques ont refait le plein.

L’hiver a été doux, le printemps précoce avec un refroidissement fin mars.La floraison devrait avoir lieu à la fin du mois de mai.

Les modèles montrent toutefois qu’il y a une forte pression Mildiou et François est sur le qui-vive, il surveille le vignoble avec attention.

Des inter-rangs sous couvert végétal 
Les semis de seigle (pour le paillage) et de vesce (pour l’apport azoté) ont été faits à l’automne dernier.

François souhaite avoir un couvert végétal le plus longtemps possible. En effet, il favorise la vie des microorganismes, la fraicheur des sols et la rétention d’humidité. Les pailles de seigle peuvent contenir jusqu’à 6 fois leur volume !

Les 5 ha en essai l’année dernière, le seront encore cette année. Il est toutefois compliqué d’optimiser le paillage car les pousses de seigle peuvent atteindre des hauteurs importantes et parfois compliquées à coucher.

Semis de luzerne à l’automne

Lutte profilactique

Si vous vous souvenez, nous vous avions parlé lors de notre newsletter de fin de vendanges 2018 d’une nouvelle tordeuse qui avait touché le vignoble.

Il s’agit de cryptobladesse : un papillon de nuit. Normalement, il vit en Afrique du Nord mais les hivers plus doux des dernières années ont favorisé sa migration jusque dans notre région de Provence. En effet, la chenille est normalement sensible aux températures froides et naturellement, les hivers mettaient fin à ce risque. Ces chenilles passent l’hiver dans les grapillons restant sur les vignes.

Elles aiment le sucre et vont s’alimenter avec les miélas de cochenille, d’arbouses, ou de raisins quand vient la période de véraison. Cette chenille se développe environ 2 à 3 semaines avant les vendanges, lorsqu’elle attaque les raisins, elle crée un trou propice ensuite au développement de pourriture. C’est un fléau potentiel qu’il faut endiguer.

Reprise de la pousse de la luzerne au printemps

 

Le domaine Figuière est en culture biologique et François toujours observateur de ce qui se passe au vignoble voulait trouver un moyen naturel pour combattre ces tordeuses.

L’idée a donc été de trouver des prédateurs pour les deux animaux du cycle de vie : le papillon et la chenille.

Pour la chenille, François a installé des nichoirs à mésanges, oiseaux cavernicoles qui n’ont pas de nids et utilisent les trous des arbres ou vieux murs pour s’installer avec un peu de mousse. Il y a eu installation sur les 10 ha de vigne les plus touchés par la tordeuse l’année dernière, de 10 nichoirs par ha installés sur les piquets de vigne.

Les Mésanges font des petites migrations, celles qui vivent en Provence l’hiver migrent vers le Nord de la France à la belle saison et celles qui viennent en Provence en été viennent du Sud de l’Italie. C’est un oiseau qui fait 3 nichées par saison avec en moyenne 6 à 8 oiseaux par nichée. Il y a par contre 75% de perte et seuls 4 à 5 oisillons survivront.

Ce qui est intéressant est que les mésanges vivent environ 3 ans et reviennent tous les ans sur les lieux de nichée de l’année précédente. Aussi, en installant ces nichoirs, le domaine favorise un travail d’implantation d’une biodiversité dans le temps.

Les nichoirs ont été installés mi-février près pour recevoir les mésanges et le domaine espère une occupation de 80% en 2 ans.

 

Nichoir à mésange

 

Pour combattre les papillons, comme ce sont des papillons de nuit, le domaine a installé des nichoirs à chauves-souris ! Ici ce sont 10 nichoirs autour des vignes.

Leur espérance de vie est plus longue et le couple de chauve-souris fait un petit par année, mais sans mortalité. Là aussi, ces animaux sont fidèles aux lieux d’habitat et les chauves-souris installées cette année devraient revenir les suivantes.

En parallèle, le domaine fera des comptages pour étudier le cycle de vie de cette tordeuse : 4 phéromones sont testées cette année. Elles attirent les papillons qui se collent sur les surfaces piège. On relève les pièges régulièrement pour compter le nombre de papillon et anticiper les attaques.

Nichoir à chauve-souris

 

Millésimes 2018
Le millésime avait été chaud humide et peu venté, une exception pour la région !
Les vins sont très frais, et très gourmands nous sommes sur un millésime flatteur, équilibré, aromatique présentant des fruits gourmands.

Confidentielle 2018 Vin d’assemblage de Cinsault Grenache et Mourvèdre avec un peu plus de Mourvèdre que dans la cuvée Première.
Les raisins viennent de sélection de parcelle schisteuse avec des schistes affleurant. Les vendanges sont plus tardives d’une dizaine de jour par rapport aux vendanges de la cuvée Première.
Les vins sont aujourd’hui très ouverts, le nez est mûr avec des notes de fraises juteuses et de pêches jaunes charnues. En bouche s’ajoutent une pointe de garrigue, de coing et de zeste de pamplemousse. Une minéralité marquée et une belle texture de bouche ample, ronde et suave. Bouche rafraichissante. Un vin de gastronomie.

Première 2018 Assemblage de Cinsault, Grenache, Mourvèdre et un peu de Tibouren sur 2018, un cépage aromatique.
Les vignes de Première sont aussi issues de sols schisteux mais plus profonds avec des argiles recouvrant ces schistes. Le vin présente de belles notes aromatiques sur les fruits à chair blanche,
Vin avec une belle tension, croquant avec une pointe de poivre blanc sur la langue. Belle intensité aromatique avec des notes de fraises mûres et des framboises juteuses, en bouche s’ajoute des notes de pastèque et agrumes, une texture de bouche riche et ronde.

Magali 2018 Assemblage de Cinsault, Grenache, Syrah et Cabernet Sauvignon
Magali Rosé est un rosé agréable, souple et frais. Les notes aromatiques évoquent la fraise, les écorces d’orange et les fleurs blanches. Cette cuvée allie le caractère fruité et la minéralité, avec une bonne intensité aromatique.
Accord met vin possible : crudités avec une sauce aux anchois, des poivrons rouges marinés et un tartare de bar au citron et au poivre.

St André 2018 Assemblage de Cinsault, Grenache, Syrah et Cabernet Sauvignon
C’est un vin simple, léger, fruité, rond. Le vin est gourmand avec une belle attaque.
On note des arômes et des saveurs de pêche, de peau d’orange et de fleurs blanches, soutenus par une acidité rafraîchissante et une minéralité salée grâce à l’influence de la mer.

Atmosphère 2017 Assemblage Grenache (45) / Cinsault (45) et Rolle (10%) – Le Rolle est ajouté comme jus de raisin frais pour la seconde fermentation.
Belle finesse dans les bulles, le vin est soigneusement vieilli en bouteille tout en conservant sa couleur rose avec teintes de pêche.
Une bulle équilibrée entre fraîcheur et rondeur, avec finale élégante et fruitée. 100% certifié biologique.

Cuvée Pionnière 2018
Le vin est encore en élevage, en barrique de 300 et 500 litres de plusieurs bois. C’est un assemblage de Mourvèdre et Grenache vinifiés et élevés séparément et en barrique.
Les dégustations sur fût sont très prometteuses avec une très belle texture de bouche, un gras important et un fruit complexe et élégant.
Une très petite quantité sera produite avec le millésime 2018 avec 2400 à 300 bouteilles.

 

Rosé « Pionnière » en cours d’élevage

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Security Code: