La Vie Provençale – Figuière

Dans ce courrier vous pourrez lire les chapitres sur :
  • Les origines Bourguignonnes de la famille Combard
  • Qu’est ce qui rend les vins si élégants ?
  • Gestion de la sécheresse, élevage de vers de terre et voisins gourmands
  • Rosé en feu !… littéralement…
  • Le millésime 2017
  • Cépages actuellement disponibles

Visite : Domaine Figuière
21 Septembre 2017

Je suis accueillie à la gare de Hyères par Magali Combard, l’homonyme du rosé éponyme de la cave de sa famille, le Domaine Figuière. Nous sommes au coeur des Côtes de Provence, juste à mi-chemin entre Marseille et Nice, Toulon et St Tropez

Bienvenue en Provence !

Alors que nous longeons la côte vers La Londe, et que je me régale du paysage avec vu sur la Méditerranée, Magali explique que l’explosion du marché des Côtes de Provence rosé a démarré au moment où elle rejoint le Domaine familial il y a près 15 ans.

A peine arrivée dans la salle de dégustation, il est frappant de voir à quel point le rosé est important. La porte de la cave est un hommage aux vins rosés phares du Domaine : les grands formats de Magnum, Jeroboam et Mathusalem sont exposés dans leurs camaïeux de rosé comme une exposition de galeries d’art.

Pour les adorateurs de vins rosés – c’est le Saint Graal!

Photo 1 : Magali presentant une bouteille de 3 litre Première Rosé

Des origines Bourguignonnes

L’histoire viticole de la famille commence en Bourgogne, à Chablis en particulier. Après 10 ans de partenariat avec Michel Laroche, Alain Combard, qui vinifiait les vins du domaine Laroche, souhaitait rentrer chez lui. Aussi, il se sépare de son partenaire commercial, vend ses parts et déménage vers le sud pour revenir dans sa région natale, la Provence.

Avec une prédilection pour les vins terroir, il cherche à s’installer dans les Côtes de Provence. La chance lui sourit lorsqu’il trouve – Saint André de Figuière – une propriété de 18HA située dans la région du Var, en culture biologique certifiée depuis 1979. En 1992, il l’achète avec en tête la volonté de produire des vins de Terroir sur ces sols schisteux qui lui rappelle Chablis !
Le Domaine Figuière est resté depuis en culture biologique !

 

Qu’est ce qui rendent les vins si élégants ?

Le Terroir, le Terroir, le Terroir. La mer est un demi-kilomètre (à vol d’oiseau) du Domaine, et donc les vignes bénéficient du pouvoir tampon de la Méditerranée, de la ventilation des brises et du refroidissement du Mistral, des pentes douces des collines sur lesquelles elles sont plantées, et de presque 3000 heures de soleil annuel.

Le sol est très intéressant . Sur les quatre Crus de Provence, La Londe se compose d’une variété de sols de schiste argent et gris percés de veines de quartz rose et blanc. L’alignement vertical du schiste et du quartz, permet aux racines de la vigne de s’implanter facilement en profondeur.

Il est important de noter la différence entre l’appellation générique «Cotes de Provence» qui s’étend sur une zone de production de 150 km, et celle du Cru «Côtes de Provence – La Londe» (154 ha planté et 411 ha disponibles). Cette zone spécifique dans laquelle se trouve le Domaine Figuière a obtenu la désignation de terroir de Côtes de Provence en 2008 après dégustation à l’aveugle. Trois autres Crus Côtes de Provence seulement existent.

Photo 1 : Francois montrant les premiers 15-30cm de sol argileux

 

Photo 2 : Quartz et roches jonchées dans le sol
Photo 3 : Feuillets Verticaux de Schist – sols acides

Gestion de la sécheresse, élevage de vers de terre et voisins affamés

Dire que François est incroyablement passionné par la santé du sol est un euphémisme. Je ne suis jamais allée dans un domaine où le vigneron ne se précipite pas pour me montrer ses vignes, mais plutôt son élevage de vers de terre ! Ces petits gars sont nourris avec du compost des étangs voisins, et sont ensuite épandus avec le compost dans tout le vignoble pour nourrir et aérer le sol pauvre en éléments nutritifs.

À l’heure actuelle, la récolte vient de se terminer, mais le Domaine prépare des paillis pour revitaliser le sol. Les couvertures de cultures sont prises très au sérieux. Tous les deux rangs sont semés seigle et légumineuses chacun jouant un rôle important.
Pour le seigle, c’est son système racinaire pivotant qui aide à «décompacter» le sol et à assurer l’entrée d’oxygène. Particulièrement intéressant pour les sols sablonneux ou schisteux compactes.
Quant aux plantes légumineuses, elles développent au niveau de leur système racinaire une symbiose avec un champignon. Au niveau de cette symbiose appelée Mycorhyze des bactéries assimilent l’azote atmosphérique pour le transformer en azote organique qui sera utilisable par la vigne.

 

Une quantité incroyable de travaux est consacrée à l’entretient des sols. Mis à part ces élevage et couverture végétale, les lectures d’humidité et de température sont effectuées selon des systèmes haute technologie. Des capteurs numériques installés dans le sols sur des sites spécifiques du vignoble mesurent les niveaux d’eau, le tout est accessible via un système informatique. Bien que l’irrigation ait été permise depuis la sécheresse de 2003, c’est un processus très formel contrôlé par la société de viticulture. Les propriétaires de vignobles doivent faire une demande formelle pour irriguer, et heureusement ils ne sont autorisés à irriguer qu’à un très faible goutte à goutte.

Ce ne sont pas seulement les vignes qui ont soif en Provence! Les clôtures électriques initialement installées pour repousser la population locale de sangliers sont remplacées par des clôtures plus efficaces pour protéger les vignes des porcs affamés et assoiffés. Ce sont des créatures intelligentes qui feraient n’importe quoi pour nourrir leurs familles des baies juteuses, y compris la mère qui grâce à sa peau épaisse se couche sur la clôture électrique laissant ses petits passer dans la parcelle.

 

Photo 1 : Pastille de phéromone pour la confusion sexuelle
Photo 2 : Système de mesure d’humidité et température High-tech suivi informatiquement

 

Photo 3 : Barrière électrique pour protéger des sangliers
Photo 4 : Elevage de vers de Terre de François

Rosé en feu! … littéralement …

Bien qu’il soit facile d’être distrait par les eaux magnifiques de la Méditerranée, les vues panoramiques dignes de cartes postales et le soleil toujours à son zénith. En remontant son regard sur la chaîne des montagnes voisines, Les Maures, nous sommes transportés vers une autre planète. La dévastation par les feux de forêt a été catastrophiques entre juillet et septembre.

François fait souvent des tournées dans la région et mentionne combien la menace réelle des incendies de forêt est grave pour les vignerons locaux. Au loin, on peut voir des façades blanches et vierges des caves de domaines, entourées de terres calcinées. Les équipes de pompiers ont réussi à retenir le feu et protéger les bâtiments… seulement.

Heureusement, les feux s’arrêtent parfois aux vignes. C’est un autre avantage de l’irrigation: un terroir humide et sain empêche les incendies d’entrer dans les vignobles. Tout au plus, les premières rangées extérieures sont touchées. Le Domaine Figuière réalise combien il a été chanceux de ne pas avoir d’incendie sur ses parcelles, d’autres ont dû laver leurs raisins pour les débarrasser des cendres et des arômes indésirables.

  

Photo 1 : Vue sur le massif des Maures depuis les vignes de Figuière
Photo 2 : Contraste : plantier et ravage de l’incendie en arrière plan.

Le Millésime 2017

Le printemps est arrivé chaud et vite, avec une sortie de bourgeons très rapide. Le gel qui a touché presque toutes les régions viticoles en France a ignoré le Domaine Figuière, mais Francois a rapidement mentionné qu’à seulement 30 km au Nord du Domaine, un vigneron a perdu 85% de sa culture en raison du gel.

Les températures dans les mois qui ont suivi l’éclatement des bourgeons étaient exceptionnellement incohérentes. La floraison a été compliquée, il y a eu des coulures et la récolte est moins élevée que prévue.

Les vendanges se sont terminées il y a environ deux semaines, avec une récolte à la machine les nuits et manuelle tôt le matin jusqu’à midi.

Les après-midi et les soirées étaient strictement réservés pour le pressurage et la vinification. Un grand camion frigorifique permettait de maintenir les raisins fraichement cueillis à basse température et empêcher tout démarrage de fermentation le temps que le pressoir se libère.

 

Photo 1 : Chênes liège au Domaine Figuiere – Typique de la Provence
Photo 2 : La vie Provençale en terrace !

Les millésimes actuellement disponibles:

Confidentielle – AOC Côtes de Provence La Londe
Cette gamme de vins correspond au haut de gamme du domaine. Les vins sont issus des parcelles de vignes plantées sur les sols de schiste uniquement . Produits à partir des raisins du domaine en culture biologique. Fait intéressant: le bouchon liège DIAM est issu de sa série régionale et n’est fabriqué qu’à partir de liège français de Provence!

Rouge – Syrah & Mourvèdre
Le vin est vieilli en fûts de chêne français, l’élevage rend le vin plus élégant. Garrigue, romarin, ail salé, viandes épicées: ce vin est puissant mais raffiné.

Blanc – 100% Rolle (Vermentino)
Les parfums délicats des fleurs blanches, de réglisse, d’anis et fenouil sont frais et bien fondus. Le vin est bien structuré grâce à l’élevage en barrique de plusieurs vins. Des notes de chaux éclatent dans le vin, en bouche on retrouve la pomme croquante, le citron, les feuilles de laurier et l’eucalyptus.

Rosé – Mouvedre, Cinsault, Grenache
Bouche crémeuse et ample, ce vin a une texture complexe du sol schisteux. Fraises, abricots, pêches blanches, feuilles de baies herbes et eucalyptus.


Première – AOC Côtes de Provence
Les vins faits uniquement avec des vignes du domaine familial. Auparavant nommée Vieilles Vignes, ce sont les vins issus des vignes portant toute l’histoire de Figuière.

Rouge – Mouvèdre & Syrah
Contrairement à l’élégante et voluptueuse Confidentielle rouge, François aime à dire que cette cuvée correspond au «mauvais garçon» du domaine. Elevé dans des barriques de 300L, ce vin est plus rustique avec des notes d’olives, garrigue, saucisses, ce vin appelle à l’accompagnement de viandes grillés ou mijotées avec des épices douces. C’est sauvage et agréablement charmant.

Blanc – 70% Rolle (Vermentino), 30% Semillon
Le vin présente des notes intense de zeste de citron vert, de jus de citron vert et de moelleux, la finale est très minérale et exprime bien ce sol schisteux.

Rosé – Mouvedre, Cinsault, Grenache
Pamplemousse rose, le rosé pâle a de délicieuses pointes d’acidité, mais est bien équilibré avec des tanins crémeux. En bouche, on retrouve le poivre blanc, les abricots, le foin et les pêches blanches. C’est complexe!

  

Signature – APO Côtes de Provence
Vins issus en partie du domaine Figuière et en partie des vignobles voisins soigneusement sélectionnés et en contrat avec le domaine Figuière depuis très longtemps. Pour les raisins achetés sur les pied, les récoltes manuelles sont réalisées par l’équipe de Figuière. Faits intéressants – Avant l’arrivée d’Alain Combard à Figuiere, les excès de raisins de Provence étaient toujours vendus à des coopératives. Alain a eu de nombreux contacts de Chablis qui voulaient ses vins, et il a créé son propre label « négoce » pour compléter sa gamme de vins de domaine. C’était très innovant à l’époque car ce mode de travail « Bourguignon » ne se faisait pas en Provence.

Rouge – Francois – Cabernet, Syrah, Cinsault, Grenache
Tabac fumé, salé et herbacé. Notes d’anis et de réglisse, avec une note épicée de viandes grillées et d’épices douces.

Blanc – Valérie – Rolle (Vermentino), Sémillon, Ugni Blanc
Salé, végétal, croustillant et minéral. Ce vin accompagne très bien toutes sortes de fruits de mer, de fromage de chèvre et de poissons.

Rosé – Magali – Cabernet, Syrah, Cinsault, Grenache
Vin ayant une belle couleur Saumon rosé, le vin en riche en arôme d’abricots, de pamplemousse rose et d’agrumes type citron vert. Excellent avec la cuisine thaïlandaise.


Le Saint Andre – IGP Var
Vins issus de vignes situé plus dans les terres, sols souvent plus riche en argile, parcelles soigneusement sélectionnés. Les vins sont vieillis et mis en bouteille dans le domaine. Les vins portent le nom de l’ancien propriétaire du Domaine.

Rouge – Cabernet, Syrah, Cinsault, Grenache
Mûres, baies sauvages noires, tanins très délicats et touches de réglisse rouge et noire.

Blanc – 100% Rolle (Vermentino)
Vin très net, frais avec une belle tension ; arômes d’herbe sèche, avec une touche de salaison. Parfait au moment de l’Apéritif avec huîtres ou crustacés crus. C’est un excellent concurrent des vins cousins de Sardaigne.

Rosé – Cabernet, Syrah, Cinsault, Grenache
Les citronniers, les fraises, les framboises et une belle acidité signent ce vin. Facilement apprécié en apéritif.

 

Quid du nouveau nom ?

Les clients historiques de Figuière auront remarqué un grand renouveau que le domaine a réalisé au cours de la période 2016-2017. Le look est moderne, propre et frais, la famille Combard abandonnant entièrement « Saint Andre » et privilégiant le nom « Figuière ».

Pourquoi Figuière? En dialecte provençal, cela signifie « figuier ». Après avoir parcouru la propriété et vu les nombreux figuiers croulant sous leurs fruits mûrs, il est évident que ce nom coule de source pour le domaine.

Les fans de Figuière auront également remarqué la nouvelle bouteille pour les cuvées domaine Confidentielle et Première. Propriété de la cave, le Domaine a demandé au designer italien Luca Trazzi de créer une bouteille élégante et sophistiquée qui exprimerait le mariage entre leurs origines bourguignonnes et la Provence. La bouteille a un long cou lisse typique des bouteilles de Provence actuelles, mais s’arrondit doucement vers la base dans un style indéniable de bouteille Bourguignonne.

Photo 1 : Delphine, Francois & Magali Combard

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Security Code: